02/12/2005

 

L’étrange fascicule

L’ancien maître des lieux écrivait-il ?
Avait-il lu « je vous écris d’Italie » ?
Où bien ce club existait-il vraiment ?
Quel était son pseudo ?

Les textes parus variaient par la forme,
Mais le contenu, le fond
Avais toujours ces constantes,
L’originalité, la déconstruction et la fuite du consensuel,
la seule règle semblait qu’il n’y en ai pas.
Surtout aucunes barrières.
L’humour, le fantasque, le quinteux, la farfeulerie,
donnaient à l’ensemble un côté un peu libertaire,
côtés vieux garçons et ado vieillissant. Dès plus agréable. ,




01:52 Écrit par jerome | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

29/11/2005

 

vaines Paperasseries,


Parmi les quelques parutions
Dont les abonnement couraient toujours
Et qui m’arrivaient encore :
Un catalogue de matériel de chasse,
Un d’habillement... pratique diront-nous
Et divers quotidiens de tous horizons,
Plus une curieuse brochure :

« le club des amis défenseurs d’une grammaire,
d’une ponctuation et d’une forme textuelle débridée et hasardeuse »


La brochure, six feuilles a4,
pliées en deux et agrafées un fois
Faisait pauvre figure.
Elle en était à sa 21ème parution semestrielle.
ses lecteurs rédigaient réfulièrement
Mais la feuielle de chou comprenait également quelques articles de fond, d’auteur maison.
Entre pamphlet et essai,
Causticité et humour noir,
Sur les règles qui régissent l’écriture...Le ton se voulait plutôt potache
Et il l’était, à cela près,
Que l‘on sentait tout ce petit monde
le prendre de très haut,
Peut-être avant tout comme justification
à leurs propres lacunes.
J’adhérais sur le champ.




08:49 Écrit par jerome | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/11/2005

 

Aujourd’hui,


Je réglais cependant toujours les factures en son nom.
Ce qui m’évitait de douloureuses journées administratives
avec leurs files interminables
et leurs employés bornés et faméliques.
J’avais du pour cela laisser l’appartement à son nom
Sur la boîte aux lettres de même que sur la sonnette.
Les rares courriers qui arrivait encore en son nom
Dénotait -comme tous ces objets- d’un goût trop
kitsh et hétéroclite pour être amassé
au hasard de brocantes,
Je soupçonnais une action délibérée,
Tous ces objet choisi sciemment.
Je lui attribuais même une sorte d’humour décalé.






12:14 Écrit par jerome | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |